Laura Erba Scénographe

Laura Erba est une scénographe/ plasticienne belge. Après une formation universitaire en Histoire de l’art et en Arts du spectacle, elle décide de renouer avec les arts plastiques en entamant un bachelier en scénographie. Intéressée par l’écriture de plateau et les co-créations, elle s’est formée auprès d’équipes et de projets très variés : le Magic Land Théâtre (théâtre humoristique et satirique), la Cie What’s up?! sur Is there life on Mars ? (théâtre documentaire), la Cie Iceberg sur Frisko et crème glacée – Teenager tragedy (théâtre jeune public). Elle a ensuite complété son expérience en assistant Sabine Theunissen et Marine Fleury sur les projets Bug et Othello (Aurore Fattier) et sur Ariane [Eu]phonie (Pietro Marullo) au théâtre Varia.

A la sortie des études, elle se greffe à tous les projets dans lesquels elle peut mettre à profit sa grande sensibilité. Elle réalise ses premiers costumes pour un spectacle de danse (Agon); elle est cheffe décoratrice pour un court métrage horrorifique (IMPAIR) ; elle signe sa première scénographie pour le Projet Cryotopsie (Personne n’a marché sur la lune) aux rencontres de théâtre jeune public de Huy; elle est peintre pour l’équipe belge de la quadriennale de scénographie de Prague (Rien n’est fini tout commence); elle est accessoiriste pour les Baladins du miroir et Dominique Serron (Désirs, terre et sang); elle travaille pour des scénographies d’expositions dans différents musées à Bruxelles et à La Louvière; elle assiste Christine Falsschooen et le théâtre du Papyrus pour la reprise du spectacle Burundais Les enfants d’Amazi ; elle est scénographe – constructeur dans l’évènementiel notamment pour le festival BUCOLIC; elle travaille au sein de l’équipe scénographique du festival des libertés

C’est une artiste sensible aux textures, aux couleurs et aux pigments, qui garde inconsciemment dans son travail un lien avec le médium peinture qu’elle a exploré tôt et étudié. Sa bibliothèque d’image est aussi remplie de références de cinéma des années 90, d’effets spéciaux, de spectacle de danses, de sculptures, de tissus, de costumes, de silicone et de maquillage, de performances … elle est très liée aux matières et au sens du toucher. Également engagée au sein de l’Atps depuis plusieurs années, elle essaie avec d’autres travailleurs motivés de faire résonner la voix des techniciens.nes et créateurs.crices sortants d’école.

Cette année, elle signe une scénographie pour une compagnie de conteurs (Le violon du fou – Cie Mirabilia), habille le manneken Pis … et relève le défi de mettre en valeur à sa manière l’anniversaire des 10 ans du Cocq’Arts Festival!